Environnement
PUBLIÉE LE 24/01/2024
L'activité physique et sportive au féminin
Pour être en bonne santé physique et mentale, il faut pratiquer régulièrement une activité physique. Mais pour les femmes, pas toujours facile de s’organiser et de bouger face à certains bouleversements hormonaux et des journées très chargées entre travail, enfants et intendance.

Quels que soient l’âge, le sexe et même l’état de santé, il est essentiel de pratiquer des activités physiques et sportives pour se maintenir en bonne santé le plus longtemps possible, diminuer le risque de développer certaines maladies non transmissibles, améliorer la qualité de son sommeil et lutter contre le stress. Mais si les recommandations sont les mêmes pour les hommes et les femmes, on constate souvent qu’il est plus difficile pour les femmes de les appliquer : elles sont plus sédentaires et moins actives. En cause, les contraintes horaires (les femmes effectuent entre 65 et 70 % des tâches parentales et ménagères, soit en moyenne une heure trente au quotidien de plus que les hommes), un manque de motivation, voire un coût financier trop important.

  • Des bienfaits à chaque âge


La différence de pratique d’une activité physique et/ou d’un sport apparaît entre filles et garçons au moment de l’adolescence, c’est-à-dire à la puberté. Or cette activité physique est essentielle pour assurer un bon développement musculo-squelettique, lutter contre la prise de poids et favoriser une bonne santé mentale.
Entre 12 et 17 ans, il est recommandé à tous les adolescents et adolescentes de pratiquer au moins 60 minutes d'activité physique d'intensité modérée à élevée par jour pour grandir en bonne santé.

À l’âge adulte, l’Organisation mondiale de la Santé recommande de pratiquer 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée par jour, et chaque semaine, une à deux séances d’endurance et de renforcement musculaire.

Pendant une grossesse, la pratique régulière d’une activité physique adaptée permet d’améliorer la condition physique, de réduire le risque d’insuffisance veineuse, de lombalgies et de dépression, et de prévenir la survenue d’un diabète gestationnel. 15 à 30 minutes par jour d’activité physique sont conseillées, en privilégiant la marche, le vélo stationnaire ou la natation, et en évitant les sports où il y a des risques de chutes et/ou de contacts violents. Après la grossesse et l’accouchement, il est très important de ne pas négliger la rééducation du périnée avant de se remettre au sport.

Quand arrive la ménopause, la pratique d’une activité physique peut là aussi être d’une aide importante pour lutter contre la prise de poids et le risque de symptômes dépressifs. Elle permet à l’organisme de mieux réguler sa température (et diminue ainsi le risque de bouffées de chaleur), de lutter contre la fatigue et les douleurs articulaires, et d’améliorer la qualité du sommeil. C’est aussi un moyen de premier choix contre les maladies cardiovasculaires, dont on sait que le risque augmente chez les femmes à partir de la ménopause.

Enfin, tout au long de la vie,
l’activité physique est un facteur de prévention contre l’ostéoporose, car elle minimise la perte osseuse une fois la ménopause arrivée. Comme pour tout adulte, il est recommandé aux femmes ménopausées de pratiquer au moins 30 minutes par jour d’une activité physique d’intensité modérée à élevée : marche, vélo, natation, mais aussi bricolage, jardinage…

  • Organisation et équipements 


Pas toujours évident de trouver un créneau chaque jour pour pratiquer une activité physique. On peut par exemple opter pour des déplacements à pied et/ou en vélo plutôt qu’en voiture pour aller au travail ou faire une course. On peut aussi s’inscrire dans un club de sport, aller à la piscine ou pratiquer une danse de salon sur la pause déjeuner par exemple… Les clés pour que cela devienne régulier et donc vraiment profitable pour la santé, c’est de choisir une ou des activités que l’on a plaisir à pratiquer, et de les prévoir à l’avance en les intégrant pleinement dans son emploi du temps. N’hésitez pas à proposer à vos proches de pratiquer à plusieurs, réelle source de motivation qui aide à tenir ses engagements pris !

Il est très
important aussi de bien s’équiper. Selon l’activité que vous choisirez, vous aurez peut-être besoin d’un soutien-gorge de sport, au maintien ferme ; d’adapter l’intensité de votre pratique selon le moment de votre cycle menstruel ; de prévoir les protections féminines qui vous conviennent pendant vos règles ; d’avoir des sous-vêtements de rechange car la transpiration peut favoriser la survenue de mycoses vaginales. Pensez à anticiper l’acquisition de ces équipements pour ne garder que le positif de l’activité physique et sportive.


Auteur : Emilie Gillet pour le Groupe VYV
Crédit photo : 
© Pixabay - 4669520